114ème jour : NPAI

Ce matin, Pôle m’a écrit. Il voulait me confirmer « mon inscription à la prestation de service suivante : Evaluation en milieu de travail (EMT) ». Quelle délicate attention. J’avais déjà reçu cette confirmation ainsi qu’une copie de la convention précisant mes horaires, le tout envoyé directement par l’employeur, mais je ne vais pas me plaindre alors que Pôle pense à moi. Soyons beau joueur.

Ce courrier à l’allure standard cachait une véritable pépite au coeur de son dernier paragraphe. Certes, dès la deuxième phrase Pôle me précise que j’ai rendez-vous sur le lieu de travail le 31 mars prochain à 6h alors que c’est en réalité le 1er avril à cette heure-ci que je débuterai, mais passons. Pôle tentait peut-être là une sorte de poisson d’avril prémédité ou alors n’a-t-il pas pris soin de lire les horaires communiqués par l’entreprise. J’ai dit passons. Car la pépite, la vraie, est quelques lignes plus bas. Face à elle, rivaliser est peine perdue, je privilégie donc la citation :

« Au cas où vous ne donneriez pas suite à ce courrier, je serais contraint(e), conformément aux articles L.5412-1 et R.5412-1 à R.5412-8 du code du travail, de procéder à votre radiation de la liste des demandeurs d’emploi. »

Une pépite, c’est bien ce que je disais. Pour la déguster de la meilleure manière je vous propose de l’accompagner d’un petit rafraichissement de mémoire. A aucun moment Pôle, de lui-même, ne m’a parlé de l’existence de son dispositif de stage en entreprise (EMT) qui semblait pourtant être parfaitement approprié à mon parcours de reconversion professionnelle. Ce sont mes recherches personnelles, après avoir rencontré deux conseillers d’ailleurs, qui m’ont révélé cette information. Après cela, je suis retourné chez Pôle pour me faire expliquer ce dispositif dont on avait omis de me parler puis je suis allé à la recherche d’une entreprise prête à m’accueillir. Une fois trouvée, je suis revenu chez Pôle pour remplir la convention de stage qui fut ensuite envoyée à l’employeur. Bref, en langage de chômeur, je me suis démerdé tout seul. Pôle n’a joué qu’un rôle de boite aux lettres, ni plus ni moins, avec tout le respect que j’ai pour la Poste. Et pourtant, aujourd’hui, le voici qui débarque chez moi en format A4 pour me menacer de radiation si je n’honore pas ce qu’il s’est efforcé à me laisser faire tout seul. Encore une fois, du génie.

Pôle, tu ne m’as été d’aucune aide dans ma recherche de stage. Ni de manière théorique, ni de manière pratique. Je te propose donc, quitte à monter sur tes grands chevaux, de t’en servir pour te mettre au galop et d’avancer autrement qu’en marchant sur la tête. Avec une connaissance même infime de mon projet tu saurais combien ces stages en entreprise sont importants pour la suite de mon parcours, tu pourrais alors réfléchir à deux fois avant de laisser ton système informatique m’envoyer ce genre de missive. Difficile qui plus est de savoir que faire de ce papier présentant un champ « date » et un champ « signature » qui semblent m’être dédiés en bas de page. Dater et signer pourquoi, je tente de percer ce mystère.

C’est ainsi que j’ai décidé de donner suite à ce courrier en appliquant à la lettre les règles de recyclage de ma commune. Poubelle jaune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.