122ème jour : le geste qui compte

3ème jour du 1er stage dans une pâtisserie en grande distribution

La répétition des gestes. J’imagine que dans chaque métier manuel on enseigne que la répétition des gestes mène à la maîtrise, c’est en tout cas l’idée que je m’en fais. Et cela tombe très bien car aujourd’hui j’ai été amené à réaliser les mêmes tâches qu’hier. A une différence près, ce matin j’ai eu à travailler seul après avoir pris les consignes et conseils du pâtissier qui s’occupe de mon cas. Il ne m’a pas imposé de me débrouiller, il me l’a proposé de manière à ce que petit à petit je me jette dans le grand bain et en gardant une oreille attentive à toutes mes éventuelles demandes. Au bout du compte, je crois que cela s’est plutôt bien passé. Il est vrai que ce n’est pas à moi de le dire mais bon, c’est quand même mon blog, donc c’est moi qui le dit. A l’aise dans mes chaussures de sécurité, je me suis même laissé aller à prendre un café à la machine pendant ma pause. Car oui, j’ai une pause. Je sens que pour vous le concept se complique, un chômeur qui travaille et qui en même temps prend des pauses, j’avoue que c’est un peu déroutant étant entendu qu’il ne vous en faut pas beaucoup pour ne rien comprendre. Pas grave, je vous aime bien quand même, depuis 122 jours je me suis habitué.

J’aime ce que je fais ces jours-ci, ma reconversion professionnelle prend le tournant que j’attendais. Je vais donc faire mon possible pour garder le cap, sans remaniement. Et vous, vous vivez quelle vie demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.