124ème jour : au tableau

5ème jour du 1er stage dans une pâtisserie en grande distribution

Le meilleur moment de mon premier stage en pâtisserie était sans aucun doute l’après-midi d’aujourd’hui. Le meilleur moment, jusqu’au prochain. J’ai travaillé, disons plus exactement « j’ai appris », aux côtés d’un pâtissier que j’avais rencontré hier pour la première fois. C’est bien simple, il m’a donné un véritable cours de pâtisserie mêlant théorie et pratique autour du tiramisu. Il s’agissait de la première fois de la semaine que j’entrais dans le détail de certains tours de main comme la poche à douille ou la spatule, qu’elle soit plate ou coudée. Clou du spectacle, le chef est entré dans le laboratoire durant ce que je considère désormais comme ma première leçon et a pu y aller de ses conseils à mon égard. C’est en les voyant tous les deux exécuter parfaitement les gestes, chacun avec son petit plus d’ailleurs, que j’ai pu jauger le chemin qu’il me reste à parcourir pour atteindre ce niveau d’aisance. Il n’en fallait ni plus ni moins pour hausser encore ma motivation d’un ton. Le chef en a profité pour me dire que la semaine prochaine serait en ce qui me concerne essentiellement dédiée à ce type de travaux pratiques.

Pour conclure cette première semaine, j’ai eu un document à signer. Devinez qui voulait tout savoir. Oui, c’est bien lui. Pôle. Pôle qui avait omis de m’évoquer l’existence d’un dispositif me permettant de réaliser des stages, Pôle qui tient à ne rien faire lorsqu’il s’agit de trouver une entreprise, Pôle qui joue l’intimidation en invoquant l’esprit malin de la radiation pour celui qui sèchera les jours de stage, Pôle qui ne fait rien, non rien de rien, Pôle qui ne regrette rien. Pôle qui ne regrette rien et qui n’a pas mal à l’arrière-train en jouant la carte de la filature. En y réfléchissant, c’est plutôt malin. Sait-on jamais, à force de chercher il pourrait finir par trouver, enfin par inventer, une raison dont il validerait lui-même le caractère recevable et m’inscrire sur son fameux tableau de chasse des radiés. Qui dit radiation dit disparition des statistiques du chômage. Habile…

Croyez-vous qu’on puisse humainement avoir la tête sur les épaules et l’esprit mal placé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.