184ème jour: les uns les autres

Ca y est, je suis pâtissier dans un fameux restaurant de ma ville. Le chef que je rencontrais cet après-midi m’a embauché. Enfin pas tout à fait. Pas du tout même. Arrêtez de pincer, j’ai compris que je rêvais.

J’avais donc rendez-vous avec le chef d’un restaurant qui ne m’a pas embauché. Ce n’était pas le sujet puisque je ne suis pas pâtissier, tout va bien, rassurons-nous. Mais ce chef a décidé de m’aider. Nous vivons dans un monde où l’on trouve fascinant ceux qui aident les autres, qui plus est lorsqu’ils le font de manière désintéressée, alors que cela aurait pu rester dans le domaine du « naturel » si notre mutation nous avait rendu moins, disons, con. Cet après-midi, je me suis donc retrouvé assis face à l’une de ces personnes fascinantes, prête à m’aider parce qu’elle trouve mon projet très intéressant tout comme mon initiative. Dixit himself. Il souhaite donc participer à mon aventure en faisant connaître le projet #Gourmandièse au sein même de son restaurant qui, je le précise, a tout de même pignon sur rue. Pour cela, je vais donc réaliser des mignardises qu’il proposera à ses clients. Ces derniers trouveront sur leur table en début de repas une explication de mon projet  et auront la possibilité de faire un don après avoir dégusté les mignardises. La participation de chacun, non obligatoire il va sans dire, sera stockée dans une urne que je récupèrerai à une date que l’on aura fixé. L’intégralité des dons sera ajoutée à ma collecte sur le site Ulule. Plus j’y pense et plus je trouve ça formidable. Tant l’idée en elle-même que le simple fait que le chef m’ait fait cette proposition. Le chef et son épouse d’ailleurs. Nous avons également échangé sur nos parcours respectifs et, devinez quoi, lui aussi a eu son aventure avec Pôle. En évoquant le sujet, le chef a d’ailleurs eu l’amabilité de me prévenir que Pôle n’était pas le seul à aimer les relations compliquées. La partie administrative du chef d’entreprise ressemblerait donc à un sac de noeuds, peut-être même un sac de têtes de noeud, je ne peux pas encore me prononcer sur le sujet.

Pôle, puisque j’y pense, nous sommes début juin. Tu devrais donc ne plus tarder à me dire que les inscriptions au CAP Pâtissier sont ouvertes, n’est-ce pas ?

3 réflexions au sujet de « 184ème jour: les uns les autres »

  1. Je salue tellement ton investissement dans ce projet et tout ce qui gravite autour, c’est une belle aventure que tu as entamée, j’aurais aimé la suivre dès le début. Je suivrai en tout cas la suite avec intérêt. Force et honneur ! (ou un truc du genre)

  2. Je suis absolument ravie de cette nouvelle qui s’ ajoute a ton projet.
    Lorsque j’ai commencé a suivre ton aventure captivante, j’etais une responsable boutique…. depuis 5 semaines (de vacances) après une rupture conventionnelle….
    Je suis avec pôle depuis quelques jours….
    Je participe à ton ascension avec mes petits moyens…. Yohan tu seras un héros , tu me
    Prouve qu’il ne faut pas partir défaitiste, être aussi déterminé c’est pas humain!!
    Ceci dit tu avais prouvé par le passé que tu étais un battant… ce qui me manque cruellement et, et, et, grâce à tes mots, je me dit qu’il faut pas baisser les bras et tenter…. Merci pour cette motivation fragile mais neanmoins naissante chez moi…
    On se croisera au détour d’une Gourmandiese…. Bravo bonhomme…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.