200ème jour: les jours les plus longs

Il y a 200 jours, je quittai mon travail. La scène avait lieu dans des conditions que chacun est libre d’interpréter, j’ai préféré pour ma part laisser ce sujet épineux avec ses épines.

En 200 jours, j’ai fermé la porte de mon bureau, passé la porte de la dernière entreprise en date qui m’a signé un CDI, opté pour l’aventure de la reconversion professionnelle avec l’objectif de devenir pâtissier, j’ai retrouvé Pôle, rencontré un conseiller, puis un deuxième, un troisième et ainsi de suite jusqu’à six, peut-être sept, je n’en suis plus sûr moi-même, j’ai pris attache avec la Chambre des Métiers pour savoir comment devenir pâtissier, avec des pâtissiers grandeur nature pour découvrir le métier à leurs côtés, je me suis imaginé élève dans une classe de CAP, j’ai semé quelques idées pour faire germer un projet, j’ai trié, organisé mais aussi bien évidemment j’ai pesé, crémé, sucré, fariné, j’ai fait comme si pour m’y croire, j’ai patienté du mieux que j’ai pu, j’ai fait des courriers, passé des coups de fil, j’ai fait le papa, le beau-papa, le mari, j’ai rencontré des journalistes à qui j’ai raconté ce que je nomme modestement mon périple, je me suis imaginé chef d’entreprise et j’y pense depuis chaque matin en ne me rasant pas, j’ai transformé la gourmandise en #Gourmandièse, j’ai trouvé un camion, un restaurateur prêt à m’aider, de parfaits inconnus également prêts à m’aider y compris financièrement pour certains d’entre eux, j’ai fait des gâteaux, beaucoup, j’en ai mangé au moins autant, j’ai tenté de résister à la démotivation ambiante, à la ritournelle sur la crise et le chômage, j’ai dit même pas peur, j’ai dit je m’en fous, j’ai dit je vais le faire pour finir par je vais y arriver, j’ai pointé tous les mois, j’ai attendu Pôle, encore et encore, mais j’ai rapidement compris qu’il ne fallait rien attendre ni de lui ni de personne, j’ai fait des choix et il en reste à faire, j’ai suivi les étapes, j’ai fait comme on m’a dit quand j’ai eu confiance, j’ai fait à ma manière dans tous les autres cas, j’ai partagé cette expérience quand elle pouvait aider, j’ai parlé de moi comme à mon habitude avec un plaisir qui n’a d’autre nom que le mien, je suis passé de Yohan Grangier à Moi, Yohan Grangier, 31 ans, futur reconverti professionnel, j’ai décidé que l’appellation ne changerait pas après mon prochain anniversaire, j’ai acheté des fouets, des emporte-pièces, des grilles, des moules, des spatules, des oeufs, de la farine, du beurre, du sucre, j’ai gardé toutes mes convictions quant à mon avenir pâtissier, je suis resté attentif à tous les avis, tous les commentaires, toutes les questions, j’ai fait le tri pour optimiser mon énergie, j’ai mis un point d’honneur à suivre au gramme près la recette de la réussite et enfin j’ai accessoirement délivré la plus longue phrase de l’histoire des blogs.

Tout ça et bien plus encore, en 200 jours. Pas un de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.