Archives mensuelles : mars 2016

Pourquoi faire simple ?

Salut Pôle,

Après une première tentative aux sérieux airs de déconvenue, j’avais décidé ce matin de retenter ma chance auprès de RSI. Cette fois-ci, j’ai joué les bons élèves, voire même le premier de la classe. Il faut téléphoner à RSI, alors j’ai téléphoné. Il faut aller sur le site internet de RSI, alors j’y suis allé.

Pôle, voilà où j’en suis. Après avoir reçu mon premier appel à cotisations de la part de RSI, j’ai demandé un délai de paiement pour le premier trimestre 2016 le temps pour moi de sortir un bilan et un compte de résultat de mon début d’activité. On peut faire cela parait-il, et ainsi tenter de se retrouver avec des cotisations au plus proche de la réalité. Alors je l’ai fait. RSI m’a accordé ce délai. Puis il m’a fallu un peu plus de temps que prévu pour saisir mes comptes. J’ai redemandé un délai. RSI m’a re-accordé ce délai. Ensuite, j’ai pris un rendez-vous. RSI m’a accordé le rendez-vous. Oui d’accord là je vais un peu loin. Toujours est-il que je voulais voir comment cela se passe à l’intérieur. Que se trame-t-il entre les murs de ce RSI dont tout le monde parle en des termes pour le moins fleuris ? J’allais le découvrir.

Je sonne à l’interphone. On me répond, je donne mon nom, mon prénom aussi d’ailleurs, on m’ouvre. Je découvre peut-être le visage de celle qui m’a refusé l’entrée la fois précédente. C’est sa collègue qui va me recevoir. Le bureau est minuscule, à tel point que je me suis demandé si cet espace était vraiment prévu pour être un bureau. En plein passage, en enfilade avec le bureau d’à côté, minuscule lui aussi. Pour l’intimité ou même la confidentialité, il faudra repasser. Mais comme je n’ai rien à cacher, cela ne me pose pas de problème particulier. Mon interlocutrice du jour est souriante et a connaissance du pourquoi de ma venue. Ses explications sont claires, ses calculs aussi. Effectivement, elle est en train de revoir mes cotisations à la baisse en se basant sur mes premiers chiffres. Elle va jusqu’à me proposer une prochaine entrevue courant juin pour ajuster encore. Je comprends tout. Et finalement je ne comprends rien. Si je me fie à tout ce que l’on m’a dit jusqu’à ce matin, et par « on » je pense à tous les abonnés RSI que j’ai rencontré, je suis en train de vivre très exactement l’inverse. Je ne comprends pas que je comprenne mais je fais avec. Je me dis que, parce que je suis tout neuf, jeune et fougueux, je ne vois pas la supercherie. Tu m’as tellement habitué à cela Pôle. Pour l’instant je prends ce que me dit RSI pour argent comptant. D’ailleurs c’est mon argent. La partie technique de ce premier rencard s’achève là, mon échéancier a été revu à la baisse et continuera d’être ajusté avec une meilleure vision sur mon activité.

– « Je peux vous poser une question ? »

Elle fait toujours un drôle d’effet, cette question. Entre surprise et inquiétude.

– « C’est vous qui écrivez dans un blog ? »

RSI savait qui j’étais. Il avait eu vent de mon précédent billet, celui où l’on m’avait laissé sur le trottoir, sous la pluie. J’apprends que ce billet est remonté jusqu’à la direction nationale de RSI, non pas grâce à son contenu mais à cause de réactions très extrêmes de certains abonnés voulant en découdre avec RSI, d’une manière ou d’une autre. Je me retrouve alors à discuter librement avec mon interlocutrice, de son travail, du mien. Elle semble connaitre parfaitement son affaire, les avantages et les inconvénients du système, elle parle vrai et avec pédagogie. Alors oui, dans la famille des chefs d’entreprise je suis un bleu. Ce matin j’ai peut-être été naïf, peut-être que dans six mois, huit mois, dix mois, un an, je repenserai à ce matin en me disant que je ne l’avais pas vu venir. Ou peut-être que j’ai vraiment compris comment aborder la chose RSI, comment rendre compréhensible ce bazar complètement tordu mais néanmoins lisible.

Pôle, j’étais mieux chez toi. C’était plus simple quand c’était clairement compliqué. Je ne comprenais jamais rien à ce que tu me disais à tel point que je n’attendais plus rien de toi. Ce matin j’ai compris ce que m’a expliqué RSI. Alors je m’inquiète.