204ème jour: vous n’avez pas de message

Vous vous souvenez de Madame Machin de la Chambre des Métiers. Mais si, Madame Machin c’est comme ça que le dernier conseiller de Pôle que j’ai rencontré a rebaptisé, avec de la délicatesse plein les yeux et de l’amour dans la voix, la personne qui suit mon épopée à ladite Chambre des Métiers. Cette dernière, qui elle n’a pas de « conseillère » que le titre, je l’ai contacté aujourd’hui. Je voulais savoir si elle avait reçu de la part de Pôle les informations qu’elle attendait à mon sujet. Ca y est, ça vous revient ? Je m’étais déplacé chez Pôle lundi dernier pour lui demander si dans sa grande bonté et en fonction de son emploi du temps que j’espère à son goût il pourrait avoir l’amabilité de transmettre à la Chambre des Métiers quelques informations de mon dossier. Rien de plus que mes coordonnées et ma situation actuelle. Non, rien de plus. Soudain, je sens que vous me voyez venir. Alors oui, enfin plutôt non, après huit jours ni Pôle ni personne d’autre n’a trouvé le temps d’envoyer ce fameux mail, cet envoi de caractères au format binaire transféré par l’internet qui aurait parfaitement rempli son rôle même en style télégraphique n’aura donc pas trouvé son expéditeur. Personne. Personne y compris dans la demi-douzaine de conseillers que j’ai déjà rencontré, à raison d’un par mois en moyenne depuis décembre dernier. C’est regrettable. Surtout pour moi. C’est regrettable mais je pense tenir une explication a priori taquine mais somme toute absolument plausible. Je sais de source sûre, puisque interne, que Pôle envoie son courrier postal en tarif lent. Il est maintenant clair que la même politique, interne toujours, s’applique au courrier électronique.

Il y a tout de même du drôle dans tout cela. En me répondant qu’elle n’avait reçu ni mail, ni courrier traditionnel, ni morse, ni pigeon voyageur, bref rien, ma conseillère de la Chambre des Métiers me demande s’il s’agit de la personne qui l’a rebaptisé « Madame Machin » qui doit lui envoyer les informations attendues. Elle précise entre parenthèses que l’une de ses collègues lit ce blog, ceci expliquant cela. Voici comment elle fut informée de son nouveau sobriquet.

Finalement, j’alimente les conversations chez Pôle comme à la Chambre des Métiers, des journalistes en tout genre me contactent pour parler de mon parcours, j’ai sans cesse de nouveaux contacts, je mets des personnes en relation… Je me demande si finalement je ne suis pas fait uniquement pour la communication. Comment appelle-t-on un reconverti qui après sa reconversion décide de se re-reconvertir pour revenir à la case départ ? Un déconverti ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.