247ème jour: répondre présent

Je suis convoqué.

Ca y est. Je l’ai. J’ai reçu ma convocation pour la réunion d’information collective préalable à la validation de mon inscription en CAP Pâtissier, signée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Et ma présence est obligatoire. Cette réunion aux airs d’entretien d’embauche aura lieu dans environ trois semaines et représente finalement la première étape concrète de mon parcours d’écolier sur le retour. C’est dingue comme les choses peuvent aller vite quand ce n’est plus Pôle qui décide. Bon, rendons-lui tout de même ce qui est à César, sans la pré-inscription effectuée deux jours avant par la conseillère, je n’aurais pas reçu cette convocation. La grande difficulté, la mienne en l’occurrence, aura été de faire comprendre à Pôle et associés que certes ce projet de reconversion professionnelle est le mien mais que sans un brin de bonne volonté de leur part nous serions amenés à nous revoir sans cesse, dans un climat de plus en plus sec. Entre nous tout a commencé de manière plutôt froide comme cela arrive parfois lors d’une première rencontre, puis j’ai tenté d’amener un peu de chaleur et j’ai vite compris que sur ce point Pôle n’en connaissait pas un rayon. J’ai attendu la dissipation des brumes et brouillards, je prévoyais toujours une tenue de pluie au cas où, je guettais l’éclaircie et j’ai toujours eu à affronter le vent. Beaucoup de vent. Dans presque tous les bureaux. Puis avant-hier, la lumière fut après une nuit noire de 245 jours. Ce fut une surprise pour tout le monde, pour Pôle qui avait semble-t-il perdu l’habitude de se rendre utile, et pour moi bien entendu qui pensait que Pôle n’avait même jamais eu cette habitude. Mais je dois bien le reconnaître, cette pré-inscription qui ne venait pas n’était pas de son fait. Pour cette fois, ce n’est vraiment pas lui. Pour la balade dans les différents bureaux de son quartier général, par contre c’est lui. Il doit être soulagé de ne plus avoir à faire à moi pendant quelques temps tout en sachant que nous nous reverrons bientôt.

Pôle, je te souhaite de bonnes vacances. Repose toi, mais pas sur tes lauriers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.