266ème jour: mon courage, à demain

Demain est un autre jour. Et il se trouve que c’est le jour que j’attends.

Je ne peux pas dire qu’il s’agisse du Jour J. Réservons cette appellation pour le jour où je ferais ma rentrée des classes. Pourtant demain est un jour d’une importance capitale pour le reste de ma reconversion professionnelle, je pense que pour l’occasion l’alphabet pourrait me faire une faveur. Car demain, je suis convoqué à une réunion d’information collective aux airs d’entretien d’embauche ayant pour thème le CAP Pâtissier. J’ai donc profité d’aujourd’hui pour préparer demain et dans cet ordre s’il vous plait, je demande déjà un service à l’alphabet, je vais attendre un peu pour négocier avec le calendrier. Aujourd’hui j’ai retrouvé les sensations de mes premières candidatures, la lettre de motivation, le CV, la préparation à un entretien, l’anticipation des questions qui pourraient m’être posées, l’explication détaillée de mon projet, le pourquoi, le comment. La totale. En réalité, je ne connais absolument pas le programme de la journée de demain, pas plus que je ne sais qui je vais rencontrer. Je me contente de savoir que ma présence est obligatoire et que la réunion se déroulera dans le centre de formation d’apprentis qui m’ouvrira ses portes dans quelques semaines. Enfin, si tout va bien. Qu’il me les ouvre demain dans un premier temps, j’en serais déjà ravi.

Face à l’excitation de ce rendez-vous, un problème. Non, rien à voir avec Pôle, ne me poussez pas sur ce terrain-là. Un problème plus intérieur, plus pesant encore qu’un monologue face à un conseiller dudit Pôle, le genre de problème dont on ne se débarrasse pas toujours facilement, un problème qui pourrait même être contagieux: un rhume, un vrai.

Selon vous, entre 265 jours chez Pôle et un bon rhume la veille d’un entretien décisif, mon coeur balance-t-il ? Ne réfléchissez pas, aucun piège. Même le nez rouge, demain je serais au meilleur de ma forme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.