43ème jour : candide candidat

Ce matin, j’ai appelé Pôle. Cela n’était pas prévu dans mon planning du jour mais je lui manquais, c’est certain. Il m’a envoyé un mail pour prendre de mes nouvelles et aborder les sujets délicats de l’actualisation mensuelle et de la radiation. De bonne heure, c’est un coup de fouet aux effets nettement supérieurs à la vitamine C contenu dans le jus d’oranges que je venais de presser. Il se trouve que je n’avais pas procédé à l’actualisation de ma situation pour le mois de décembre 2013. Il me restait deux jours pour me mettre en règles avant que ma radiation ne soit prononcée. J’analyse rapidement mais efficacement la situation, j’envisage les éventuels problèmes, les solutions qui s’offrent à moi. C’est après mûre réflexion que j’en conclue qu’il me faudra sans doute moins de deux jours pour me connecter sur le site internet de Pôle et répondre aux cinq ou six questions qui me seront posées. Mon pronostic était exact, mission accomplie en approximativement trois minutes. Mais alors pourquoi avoir taquiner le suspense s’il suffisait de trois minutes pour faire honneur à mon statut de chômeur me direz-vous ? Même si vous ne me le dites pas, voici ma réponse. Etant indemnisable à compter du 10 janvier 2014, j’ai bêtement pensé que Pôle ne s’inquièterait pas de mon sort avant la fin janvier et qu’il me laisserait sagement prendre mes marques durant mon premier mois à ses côtés. C’était mal le connaître. Malgré un nombre d’adhérents en régulière augmentation, Pôle a su rester possessif avec chacun d’entre nous. Même s’il n’indemnise pas, il veut savoir où tu es, ce que tu as fais, ce que tu fais, ce que tu veux faire. Qui serais-je si je me permettais de critiquer une telle marque d’affection de sa part ?

Ma journée parfaitement lancée, je pouvais ensuite sereinement passer à la constitution du dossier de ma première demande de stage en pâtisserie. Nom, prénom, date et lieu de naissance, numéro de sécurité sociale, identité et profession de mon épouse, expériences professionnelles, tout y passe, dans la limite des bonnes moeurs. A cela il me faut ajouter ma lettre de motivation ainsi que mon CV. Je reviens donc aux fondamentaux et j’apprécie d’ailleurs cette atmosphère teintée de fraicheur et de nostalgie. Ce premier stage, je tente de l’obtenir dans une pâtisserie en grande distribution, dans une enseigne connue. Je suis bien conscient du combat perpétuel entre la grande distribution et l’artisanat, il a lieu en matière de pâtisserie notamment, mais sans expérience significative je ne peux pas me permettre de prendre position. Voici pourquoi cette demande de stage est pour moi d’une importance majeure, ne serait-ce que parce qu’elle représente la première étape concrète de mon aventure de futur reconverti professionnel. Dès demain, je serais donc officiellement candidat pour un stage en pâtisserie dans une enseigne de la grande distribution. En voilà une idée qui me plait bien.

Pour conclure, ce soir j’amène madame au restaurant. Pas pour fêter ma première candidature mais pour son anniversaire. Prends-en de la graine toi le chômeur de la France d’en bas !

Une réflexion au sujet de « 43ème jour : candide candidat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.