4ème jour : déformation professionnelle

Lorsqu’une idée décide de faire son nid dans ma tête, je fais partie de ceux qui vont tout mettre en oeuvre pour lui construire une voie royale vers la concrétisation. Cependant, par pudeur, je vais garder pour moi le ratio mauvaise idée/bonne idée, tout en étant convaincu qu’il en faut bien des mauvaises pour savoir que les bonnes… sont bonnes.

C’est donc tout naturellement que j’ai commencé à chercher comment devenir pâtissier quand aucune de mes expériences professionnelles n’a de lien avec ce métier. Tout d’abord, sachez-le, c’est POSSIBLE. Sur un plan purement administratif, la reconversion professionnelle existe et n’est a priori pas associée à une forme de démence ou à un quelconque trouble de la personnalité. Sauf peut-être dans certains cas précis dont j’ignore l’existence à cet instant.

Le Congé Individuel de Formation. Voici celui qui attire mon attention le premier. Egalement connu sous le petit nom de CIF, voici en quoi il consiste : vous pouvez justifier de 24 mois en tant que salarié du secteur privé, en CDI, depuis 12 mois minimum dans la même entreprise laquelle relève du champ de compétences du fond de formation (Fongecif Aquitaine dans mon cas). Si vous remplissez chacune de ces conditions, vous êtes potentiellement l’heureux élu d’un Congé Individuel de Formation d’une durée d’un an. Waoh. Le tout cependant soumis au bon vouloir de votre patron. Alors je résume et j’applique la formule à mon cas :

– CDI : OK
– 12 mois d’ancienneté : OK
– Entreprise relevant du champ de compétences du CIF : OK
– Bon vouloir du patron : ne se prononce pas

Est-il bien utile que je m’étende sur le fait que le CIF constituait pour moi cette fameuse voie royale mais qu’au péage il y avait la rupture conventionnelle de contrat et que j’ai quitté mon travail, etc…? Pour quelques retardataires peut-être ? L’employeur peut, sans trop avoir à se justifier d’ailleurs, refuser une telle demande de congé. Mon employeur à moi a préféré refuser que mon contrat se poursuivre. Je suis bien bête, c’est vrai que c’était beaucoup plus simple comme ça. C’est dans des moments comme celui-là que l’on comprend pourquoi le chef est chef.

J’ai alors profité du temps consacré aux rassemblements de mes affaires pour chercher un plan B, voire un plan C, tout en remerciant l’alphabet pour sa grande bonté. A défaut de voie royale, je me suis dis qu’un bon itinéraire bis finirait bien par me mener à destination. Je quitte alors l’autoroute et, largué en rase campagne, je décide de m’arrêter à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Une escale à la fois indispensable et enrichissante. Je rencontre un monsieur-réponse-à-tout fabuleux qui m’explique, me conseille, me guide. En deux rendez-vous, me voilà avec un nouveau plan, une boussole, paré à reprendre la route. Et devinez quoi : mon prochain interlocuteur, mon futur conseiller en terme de financement de formation, sera… Pôle Emploi. Il me tarde.

Note bene : vous êtes un reconverti professionnel, un actif, un passif, vous êtes simplement quelqu’un ou même encore vous êtes mon ex-patron, ne partez pas sans laisser un petit mot.

7 réflexions au sujet de « 4ème jour : déformation professionnelle »

  1. Bonjour, étant un peu en galère (il y a toujours pire) je suis tombée sur ton bloc très sympa.
    J’essaie actuellement de me reconvertir en passant par le CIF. J’ai toutes les conditions que tu as énumérées. Mon patron a même accepté. J’ai réussi l’examen d’entrée à l’école mais le CIF m’est refusé. Plus d’enveloppe… mais après un coup de fil j’ai appris que je n’entre pas dans leurs critères.
    Voilà, faut retenter l’année prochaine. Facile à dire
    Personne ne tient compte de l’investissement moral, physique et financier que toutes ces démarches représentent.
    Je ne rentre pas dans les critères que je ne connais pas. Peut être que j’ai la mal chance d’être en CDI ? lol
    Enfin bref, ton blog est sympa. Merci pour ton humour

  2. Merci Aurélien ! Et n’hésite pas à envoyer ta « connaissance » par ici de manière à ce qu’on puisse échanger.
    A bientôt !

  3. Tout d’abord bonjour et bravo pour ce courageux changement de vie. Je suis moi-même issu d’une reconversion, mais dans un sens un peu inverse du tien, je suis passé de la carrosserie au développement web, non sans peine… De nombreux obstacles horribles et compliqués a outrepasser se sont présentés sur ma route, parmi lesquels… Pôle Emploi… Si si promis, le fameux pole emploi… Bref, la reconversion est un long chemin, mais quand on a la foi, le courage et l’envie, il n’y a qu’une seule option au bout du chemin : la réussite, et c’est tout ce que je peux te souhaiter.

    Je comprends aussi ton besoin de changer d’air… moi même après 7 ans d’expérience dans l’informatique, je me rend compte que parfois je voudrais juste jeter ma machine par la fenêtre, et faire autre chose, je ne sais pas quoi mais autre chose… J’aime mon métier actuel, mais certaines rencontres, certaines entreprises dans lesquelles j’ai travaillé, ont une tendance a m’aider a le detester… Une des boites dans laquelle j’ai bossé comme un chien, m’ a poussé a la depression… et je me suis rendu compte a quel point les boulots dans l’info peuvent paraitre inoffensifs sur le plan personnels, parce que pas forcement physiques, très prenants ( aller deux petites heures supp pas payées, pas récupérées c’est pas si grave…), mais qu’ils peuvent te rendre a moitié dingue… Cette saloperie de boite m’a volé certains moments, parmi lesquels , les 3 premieres années de mon fils, que j’ai pas vu grandir… Aujourd’hui mon rapport au travail est radicalement différent…

    Bref, je vais utiliser ton blog pour raconter Ma vie. Tout ce que je peux te souhaiter c’est de réussir dans ta démarche, mais , sans vouloir jouer au vieux « con », il faut juste faire attention aux métiers qu’on fait par passion, parce que sur le plan perso, on se sent en phase avec soi-même , on s’implique beaucoup, et on peut parfois avoir tendance a se detacher des choses braiments importantes. Et ca c’est pas propre a un métier spécifique. Ca serait quand meme idiot de se retrouver divorcé, tout ca pour une recette de gateau, quelques linges de code, un changement de courroie de distribution pour les mécanos etc….

    Au final, j’ai appris que tu pourrais faire le plus beau métier du monde, ca ne reste toujours qu’un métier…

  4. Le sujet est « grave » mais vous y mettez un certain humour que j’apprécie.

    J’ai actuellement une connaissance qui est justement en reconversion « pâtissier ».
    La formation (et surtout le STAGE) est intense mais elle s’y plait beaucoup.

    Bon courage pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.