59ème jour : juste fais-le

C’est fou comme ça parait simple parfois. Mon premier entretien pour un stage en pâtisserie a duré tout au plus une vingtaine de minutes, face à une directrice des ressources humaines visiblement heureuse d’accueillir un stagiaire désireux de découvrir le métier au sein de l’entreprise qu’elle représente. Elle avait lu ma lettre de motivation, cela peut paraitre élémentaire mais reconnaissez qu’au cours de certains entretiens vous vous êtes demandés si votre interlocuteur avait ne serait-ce qu’ouvert l’enveloppe que vous lui aviez adressé, elle avait d’ailleurs déposé ce best-seller sur son bureau près de mon CV. Elle savait pourquoi j’étais là et quelles étaient mes attentes, elle avait cerné mon parcours et en plus elle était souriante. Je pourrais très simplement résumer ce qu’elle m’a dit :

« Pour moi il n’y a aucun problème, le chef pâtissier et le directeur sont au courant, c’est d’ailleurs le chef pâtissier qui vous rappellera demain pour parler des dates qui conviendraient ».

Très simplement donc. Alors oui, bien sûr, je n’étais pas là pour décrocher un poste de cadre ou tout autre échelon grassement rémunéré, je cherchais seulement un stage de découverte pour ma reconversion professionnelle. Mais bon quand même, madame la directrice n’était pas obligée de m’ouvrir la porte. Elle l’a fait et à sa façon elle m’explique que cela fait partie des valeurs de l’entreprise de faire découvrir à qui veut apprendre. C’est alors que j’ai compris que les conseillers de Pôle rencontrés précédemment  devaient sans doute payer un stage de leur poche s’ils m’en proposaient un ou en évoquaient simplement l’éventualité. La retenue sur salaire pour financement de la reconversion d’un chômeur, c’est la seule explication que j’ai trouvé pour comprendre pourquoi Pôle ne propose rien, ne donne aucune indication et préfère se contenter de trouver l’argument qui permettra de repousser les discussions d’au moins trois mois. Si ce n’est pas cela, alors c’est tout simplement un abandon de poste ou bien de la non assistance délibérée à personne en projet. Sans doute aussi un peu du très tendance « chacun sa merde ».

Dans « ressources humaines », il y a « ressources ». Il y a « humaines » aussi.

4 réflexions au sujet de « 59ème jour : juste fais-le »

  1. C a promet , §
    je vais bientôt grossir les rangs des + de 50 ans et les nouvelles dispositions qui se trament vont très certainement me conduire à rencontrer quelques difficultés .
    Je suis de près tes démarches et te souhaite
    – Bonne chance et Bon courage .

  2. tu as raison de te battre de lutter pour du boulot je et nous sommes de tout coeur avec toi si tu te laisses faire on te plume et t ecrase amitie l ami et si des fois tu as besoin d un coup main ou si tu veux venir en aquiotaine a bergerac dans le perigord 24100 il n y a pas de probleme tu peux descendre et tu cherches taf ici no soucis grang appartement j ai amitie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.