75ème jour : chef oui chef

Et voilà. Je crois pouvoir annoncer que mon premier entretien pour un stage avec un chef pâtissier a été concluant. Le chef n’était pas seul pour me recevoir, il était avec son chef à lui, le directeur de magasin.

J’ai brièvement présenté ce qui m’amène là devant eux, le reconverti professionnel en devenir pouvant vite avoir le profil d’une bête curieuse. J’ai donc tenté de dissiper rapidement leurs soupçons en leur certifiant sur l’honneur que je n’ai pas choisi de devenir pâtissier sous la contrainte, pas plus que sous la menace, qu’il s’agit d’un choix parfaitement réfléchi, du bon moment pour moi, que ma motivation saura aisément relever le défi… Bref, j’ai déroulé mon argumentaire comme si je briguais la place du chef qui était assis en face de moi alors que je ne venais chercher qu’un accord pour dix jours de stage. Même pas peur.

N’y voyez pas là mon côté premier de la classe ressurgir encore, mais je me suis retrouvé face à deux personnes à la fois intéressantes et réceptives, sûres de leurs compétences et tout à fait disposées à m’apprendre le métier. « What else ? », comme disent les cafetiers américains. Lorsqu’il a été question du choix des dates, le chef pâtissier a estimé que la période de Pâques serait intéressante car elle me permettra de voir l’ensemble du savoir-faire, chocolaterie incluse. Voilà quelqu’un qui de manière désintéressée est prêt à m’accueillir dans son équipe et qui par la même occasion prend le soin de choisir une période propice à mon apprentissage. Cela n’a peut-être l’air de rien mais en réalité c’est comme jouer du piano debout. Je vous laisse filer la métaphore en chanson.

Voici comment en trente minutes d’entretien j’ai validé mon ticket pour dix jours de stage dans une pâtisserie en grande distribution. Quoique je m’avance un peu… Il reste une étape, un détail, une broutille. Il faut désormais que j’aille l’annoncer à Pôle. Toujours Pôle. C’est lui qui me remettra la convention à faire signer par l’entreprise, c’est lui qui précisera que tout ce que j’ai fait sans lui est conforme, c’est lui qui me posera une ou deux questions pour donner le change et c’est enfin lui qui peut-être trouvera qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans cette demande de stage.

Au fait Pôle… Non rien.

2 réflexions au sujet de « 75ème jour : chef oui chef »

  1. Ping : ceinture armani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.