80ème jour : ambiance

Ai-je fait le tour de la question en 80 jours ? Non.

La parcours de reconverti professionnel que j’entreprends est une aventure chaque jour. Enfin pas tout à fait, car malheureusement il est loin de se passer quelque chose chaque jour. Il est toujours très difficile de constater que nombre d’étapes primordiales échappent à mon contrôle, à ma bonne volonté et du coup à ma compréhension. Et cela depuis 80 jours. Il est possible d’apprécier les choses à la sauce de sa propre sensibilité, de se persuader qu’il suffit de croire en son projet, en l’occurrence professionnel, pour que lesdites choses avancent à grands pas, de s’appuyer sur ses compétences et ses motivations. Tous ces arguments ne sont en aucune manière les éléments d’une formule magique et ne respectent aucune logique. Le « quand on veut on peut » d’antan a pris un sacré coup de vieux et nombre de structures, qui manque de chance pour moi sont et seront mes interlocutrices, n’y sont pas pour rien.

Je pense avoir frappé aux bonnes portes. Je ne suis pas revenu vers Pôle bouquet de roses à la main avec l’excitation d’un premier rencard, mais il fallait que l’on se retrouve. Une fois chez lui, et chez les autres d’ailleurs, quel est le mot de passe pour rencontrer la personne qui va faire prendre un sens à ce que tous appellent le « suivi personnalisé » ? J’entends d’ici les réponses invoquant un manque de formation du personnel, un sous-effectif, ou encore une difficulté à mettre en phase les compétences d’un conseiller et la complexité d’un projet professionnel personnel. Alors on fait quoi ? On fait au moins pire ? Et que dire de l’histoire suivante ? Une amie s’est vue répondre que de nos jours « il est kamikaze de vouloir travailler dans un domaine que l’on aime ».

Y’a quelqu’un là dedans ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.