87ème jour : tête de vainqueur

Aujourd’hui c’était le grand jour, enfin l’un des deux grands jours dans la vie de tout chômeur qui se respecte, à savoir l’ouverture des actualisations mensuelles. L’autre grand moment étant bien évidemment le versement de l’allocation pour les plus chanceux d’entre nous.

Ce matin, Pôle aurait pu fanfaronner sur son site internet, en mettre plein la vue à tous ses visiteurs qu’ils soient ou non adhérents. Oui, Pôle aurait pu éclabousser la France entière de son succès grandissant et clamer haut et fort qu’il n’y a que chez lui que l’on peut encore parler « augmentation » dans ce pays. Mais non, il n’en était rien. Pôle a gardé le triomphe discret et n’a pas profité du fort trafic prévisible en ce jour de déclarations de situations pour mettre en lumière sa petite personne. Ce sont là d’autres méthodes que les Restos du Coeur par exemple, toujours tentés d’attirer les projecteurs sur son nombre croissant de bénéficiaires à coup de paillettes showbiznesques, CD par ci et DVD par là. Pôle sait se tenir et garder un brin de dignité fort apprécié en ces temps où l’individualisme et le « m’as-tu vu » ont remplacé le chacun pour soi et l’arrogance.

Dans l’après-midi, j’ai reçu un mail curieux. Non, drôle. Enfin un peu curieux quand même. Mais drôle. C’est la Chambre des Métiers qui m’écrivait. Je ne sais pas qui parmi le personnel mais il ou elle se disait « intrigué » par mes billets. Cette personne voulait savoir qui j’avais déjà rencontré et de quelle manière elle pouvait me venir en aide dans mon projet de reconversion professionnelle. Plus que de l’intrigue, j’ai ressenti une certaine forme d’inquiétude dans les mots que je lisais. Peut-être que mon nouveau correspondant craignait que notre relation naissante ne devienne aussi complexe que mes retrouvailles avec Pôle dont il avait lu le récit et que, par conséquent, je puisse devenir un peu taquin. Ce qui n’est pas du tout mon genre comme chacun sait. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas été trop loin dans ma tentative d’interprétation de ce mail et je me suis contenté de répondre, d’un ton rassurant, que la Chambre des Métiers reste à ce jour ma seule source d’informations fiables. Une façon pour moi de dire que je ne projette aucun attentat verbal contre elle, du moins pour l’instant.

Tout cela est décidément drôle. Enfin un peu curieux quand même. Mais drôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.