9ème jour : prêcher un reconverti

Le vrai problème avec mes amis, c’est que je ne les vois pas assez. A-t-on vraiment obligation de se voir pour partager ? C’est l’une des questions cruciales que pose l’ère 2.0 dans laquelle nous nous aventurons (de manière volontaire d’ailleurs quoi qu’on en dise).

Depuis mon premier billet intitulé « Se quitter », j’ai senti une attention au léger parfum de mobilisation autour de ce projet de reconversion professionnelle. J’ai vite compris que je n’étais pas le seul à vouloir vivre ce changement mais aussi que je n’étais pas tout seul si d’aventure j’avais besoin d’aide. C’est grâce à Laurent que j’ai eu vent du Chèque Régional de Qualification. D’un montant de 2 000 euros, « il vise à permettre une insertion rapide et durable dans l’emploi à un demandeur d’emploi inscrit au Pôle Emploi, par l’acquisition d’une qualification ou d’une spécialisation ». Oui, il y a trois fois le mot « emploi » dans la phrase précédente, j’espère que les moteurs de recherche ne me balanceront pas dans les spams pour autant car cette définition n’est pas de moi.  En tout cas, je parlerai directement de ce chèque avec Pôle lundi matin prochain, même si le sujet de l’argent pour nos retrouvailles sera peut-être un peu présomptueux. Aurélien, en plus de m’avoir suggéré le brillant titre de ce billet, m’a donné les coordonnées de son oncle pâtissier. C’est également ce que Mathieu propose de faire avec le contact de son beau-père. Clément quant à lui pensait que peut-être une histoire drôle se cachait sous cette affaire de pâtisserie. Pourtant, quiconque me connaissant ne serait-ce qu’un minimum sait parfaitement que je ne suis pas le genre à plaisanter. Du tout.

C’est alors que je me demande pourquoi je ferais autre chose que tenir simplement ce blog dans la mesure où le simple fait d’écrire des billets me permet d’avoir des réponses à des questions que je ne me suis pas encore posé. Ah ils sont loin mes idéaux et mes tentatives lâchement avortées de révolution… Voici que je songe à devenir un esclavagiste connecté, faisant suer sang et eau à ses amis, y compris les plus proches, pour obtenir des informations dont je serais le seul à tirer profit. Parfois, je me dégoûte. Non je plaisante ! Je vais évidemment explorer sérieusement cette piste qui, outre le fait qu’elle se classe dans la catégorie du « tout-cuit », me permettrait également de gagner un temps précieux que je pourrais consacrer, par exemple, à la rédaction de mon blog. La boucle est bouclée.

La solution avec les amis, ce serait que je m’en fasse plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.