Tous les articles par #MoiYG

A propos #MoiYG

Moi, Yohan Grangier, 31 ans, futur reconverti professionnel.

183ème jour: au suivant

Pour parler d’aujourd’hui je vais commencer par demain. Car demain, j’ai rendez-vous avec le chef du restaurant dont je vous parlais hier. Vous suivez ?

Je vous laisse le plaisir de découvrir ce dont nous allons parler le chef et moi et je me contente de vous dire que cela représente beaucoup pour mon projet, et pour moi tout simplement. Ce rendez-vous n’a pas été la seule bonne nouvelle de la journée. J’ai par exemple été contacté par une journaliste d’une grande chaine de télévision nationale qui venait de découvrir mon blog. Et mon fabuleux parcours de par le fait. Elle travaille sur un sujet mettant en lumière un public qui après de longues études ou plusieurs années derrière un bureau a décidé de se tourner vers les métiers manuels. La pâtisserie par exemple. Elle voudrait donc en savoir plus sur moi, en tout bien tout honneur, et il se trouve que je suis tout à fait disposé en lui en faire savoir plus sur moi.

Puis j’ai été contacté par une autre journaliste, d’un grand quotidien, qui elle travaille sur un livre sur « la débrouille chez les jeunes, comment développer une économie alternative fondée sur le partage et l’échange ». Avec un tel sujet, et toutes proportions gardées en terme de modestie, quelle meilleure cible que mon beau camion #Gourmandièse pour faire un best-seller ?

Pour finir, j’ai reçu une dernière proposition. Une véritable surprise. Le genre de choses qui te sort de certaines convictions pour te faire réfléchir. Même vous. Si si je vous assure, si vous y croyez très fort vous pouvez réfléchir. Quoi qu’il en soit, je ne vous parlerai pas de cette proposition ce soir. Oui, c’est moche comme attitude. Si vous n’êtes pas content, faites votre propre blog.

Je vous aime. Tous.

182ème jour: at work

Aujourd’hui, des amis chers ont participé à cette fameuse collecte qui me permettra d’acquérir le camion-magasin de ma future biscuiterie/pâtisserie, celui-là même avec lequel je prendrai le virage de ma reconversion professionnelle. Je suis toujours particulièrement touché quand je sens le soutien des gens que j’aime, autant que sans voix lorsque des inconnus en font de même.

Au sujet d’inconnus qui s’engagent à mes côtés, j’ai reçu une offre tout à fait exceptionnelle cet après-midi. Le chef d’un restaurant que je fréquente dès que j’en ai l’occasion, et qui n’est donc pas tout à fait un inconnu, m’a proposé de réaliser des mignardises qu’il ferait déguster à ses clients au moment du café. Nous avions déjà évoqué l’idée mais il l’a sacrément amélioré. Avec les mignardises, il proposerait une présentation de mon projet ainsi qu’une urne dans laquelle les clients seraient libres de donner une participation qui viendrait s’ajouter à ma collecte actuelle. Est-il utile que je vous en dise plus ou bien êtes-vous comme moi à trouver tout cela énorme ? Parce que moi, je trouve cela énorme. J’ai  bien évidemment répondu que j’étais particulièrement intéressé, que je trouvais l’offre formidable mais qu’il fallait aussi que je me remette à ma place en reconnaissant que je n’avais probablement pas un niveau équivalent à la cuisine de ce chef. Aucun problème pour lui me précisant ainsi que les clients comprendraient la démarche. Enorme, c’est bien ce que je disais. Nous avons donc décidé de nous voir rapidement pour mettre les choses en place, de mon côté je me mets immédiatement au travail. J’en ai profité pour demander au chef s’il avait un pâtissier en cuisine, c’est le cas, une pâtissière en l’occurrence, j’ai donc glissé un mot sur ma recherche permanente de stages et autres découvertes. En résumé, nous avons des choses à nous dire.

Créer son métier, c’est un métier. Ne vous l’ai-je pas déjà dit ?

181ème jour : chouette week-end

Il y a le printemps, il y a le soleil parfois, avec un peu de chance tout cela tombe en plein week-end mais vous, plutôt que d’en profiter pleinement, vous attendez mon billet. Je ne pouvais pas vous faire attendre davantage.

La fin de semaine a été riche en évènements et en émotions, un peu grâce à vous d’ailleurs. Il y avait tout d’abord l’anniversaire de mon fils, deux ans, l’occasion pour moi de réaliser un gâteau correct mais « peut mieux faire ». Exigeant et réaliste, c’est tout moi. Et puis il y avait #Gourmandièse, une étape majeure de mon désir pâtissier, la voie d’accélération de ma reconversion  professionnelle. Ce week-end, j’ai fait mes premiers pas dans l’aventure du financement participatif, cette quête des temps modernes, la manche 2.0, ce coup de pouce, carrément de main même, que l’on sollicite auprès des bonnes âmes qui, curieuses derrière leur écran d’ordinateur, peuvent soudain se prendre d’amour pour le projet professionnel d’un parfait inconnu. Parfait et inconnu, c’est tout moi aussi. La presse locale que j’aime autant qu’elle m’aide en a d’ailleurs fait un titre.

#Gourmandièse a été retenu et validé par le site Ulule (1er site européen de financement participatif), j’ai désormais 60 jours devant moi pour convaincre les curieux et satisfaire la curiosité des convaincus, l’objectif étant de réunir la somme de 17 000 euros qui servira à financer un camion-magasin qui sera le coeur même du métier que je me crée. Le détail « drôle », c’est que je lance cette opération en même temps qu’un « arrêté anti-mendicité » est décidé par la mairie voisine. Drôle avec guillemets disais-je. Vous trouverez tout sur ce financement participatif sur la page #Gourmandièse. Je ne cesserai de remercier ceux qui depuis le premier jour ont salué une forme de courage dans ma démarche, ceux qui ont apprécié la conviction, ceux qui m’ont soutenu et me soutiennent, et je n’oublie pas qu’à vouloir me débrouiller seul j’ai fini par faire appel à internet tout entier pour participer à mon aventure. Je suis curieux de savoir ce que Pôle va dire de ça.

Vous comprenez maintenant, la reconversion professionnelle dont VOUS êtes le héros !