Détour aux sources

Moi qui pensais avoir réussi à me détacher de toi. Tel épris qui croyait prendre…

Ce matin, Pôle, je revenais gratter à ta porte tel un amant déchu persuadé d’avoir trouvé son souffle au travers d’une âme sœur qui ne daigne lui adresser ne serait-ce qu’un regard. Inconsciemment, ou con tout court, peut-être étais-je en train de vouloir revivre nos premières amours. Oui Pôle, ce matin, je suis venu me réinscrire. Chez toi. Dans cette agence qui a fait de toi et moi un Nous. Mais pourquoi me diras-tu? Pourquoi m’infliger une telle épreuve si notre amour ne peut exister? La réponse est dans tes procédures. Jusqu’ici tu m’avais caché, tu avais pris grand soin qu’on ne me remarque pas parmi tous tes chômeurs de plus ou moins longue durée. C’est simple, je n’existais pas. Ce matin, j’avais décidé de m’affirmer et d’exiger un respect à la hauteur de mon rang. Celui de chômeur donc, de plus ou moins longue durée. Ma formation en CAP Pâtissier s’est achevée il y a quelques jours, cette étape de neuf mois pendant laquelle j’ai tenté de t’oublier. Mais rassure-toi Pôle, je ne compte pas rester, en tout cas pas longtemps. Le temps cependant de prendre tout ce que je peux dans la mesure de ce qui peut me revenir grâce à tes protocoles. Par exemple, la prise en charge du Stage Préalable à l’Installation (SPI), ce stage obligatoire pour tout artisan voulant s’installer. Tu m’avais dit que je pourrais y prétendre une fois ma formation terminée, c’est désormais le cas, me voilà. À l’accueil j’ai eu la chance de tomber sur ma conseillère préférée, car oui j’en ai une qui est ma préférée. Elle m’a remis tous les documents utiles pour cette fameuse prise en charge du SPI, elle a fait ça elle-même voyant que l’attente pour que je vois quelqu’un était… longue. C’est tout naturellement que j’ai à mon tour bondi sur cette énergie positive en me rendant sur le champ faire signer ces papiers à la Chambre des Métiers à quelques kilomètres de là, avant de revenir chez toi Pôle pour remettre lesdits papiers signés en bonne et due forme à ma conseillère préférée qui l’était toujours et qui était encore là. Le tout sur mon cheval blanc, évidemment.

Je suis de retour Pôle, nous sommes réunis pour le meilleur et tu connais la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.