Incorrigibles

Tous ensemble, tous ensemble, ouais! Ouais! Enfin presque.

Ah les convictions… C’est beau. Ca ferait croire en l’Homme! Les revendications, les mécontentements créant ce regain d’assurance qui donne des ailes, les promesses, les engagements. Non vraiment, c’est beau. C’est beau mais alors qu’est-ce que c’est éphémère. A peine le temps de s’imaginer en train de changer le monde que déjà on s’est rassis sur toutes nos bonnes intentions. Avec les nouvelles poubelles du Grand Périgueux, évidemment, il n’était pas question de changer le monde. Finalement il était plutôt question de changer les gens, les élus du Grand Périgueux, dans un grand élan de révolution, mais aussi les cons devenus stars dans ce récit. C’est d’ailleurs de ces derniers dont il va être question dans les lignes suivantes. On ne peut pas dire que nous n’avons pas ouvert le débat au sujet des poubelles et de leur collecte. La presse a joué son rôle de relais et a mis un réel coup de projecteur sur le problème, j’ai pu discuter avec Pascal Protano l’élu du Grand Périgueux en charge du traitement des déchets, on a échangé de magnifiques photos de poubelles qui débordent, de sacs éventrés… On peut raisonnablement penser qu’une grande, voire très grande majorité d’entre nous a été informée de la situation. Pourtant, on ne peut pas dire que les comportements aient réellement changés de la part des… incivilisés. Oui, les poubelles sont toujours sous-dimensionnées et les collectes insuffisantes ce qui entraine un remplissage rapide et des dépôts de sacs au pied des conteneurs. Oui, le Grand Périgueux joue une très mauvaise carte en pointant du doigt les incivilités qui seront sanctionnées par une forme de vidéosurveillance. Oui, ce système de collecte a un bon fond mais est catastrophique dans sa mise en oeuvre. Oui, oui et encore oui. Mais croyez-vous réellement qu’en continuant de déposer des encombrants de type chaises de jardin en plastique, panière à linge, pneus, cartons en tout genre, vous envoyez le bon message ? Est-ce que c’est réellement votre façon de contester ? Si tel est le cas, permettez-moi de vous dire que vous faites une grave erreur et qu’il va rapidement falloir changer de méthode. Avec de tels agissements vous donnez des arguments à ceux à qui vous vous opposez. Mais j’ai malheureusement tendance à penser qu’en vous déchargeant de la sorte, vous savez très bien ce que vous faites. Loin de vous l’idée d’envoyer un message lorsque vous vous débarrassez d’un frigo près des poubelles, votre objectif étant simplement de ne plus voir ce frigo chez vous. C’est en général à cet instant que tombe l’argument de la déchèterie trop loin ou fermée. Superbe. Alors oui, les cons c’est vous. C’est eux. C’est parce qu’il y a ces cons-là que toute mobilisation s’essouffle, c’est parce qu’il y a ces cons-là que les élus rient dans leur barbe en s’imaginant les beaux jours qu’ils ont encore à couler dans leur confortable fauteuil. Ce n’est pas demain la veille qu’on les mettra sur des sièges éjectables. Le con fait l’exception qui confirme la règle.

Citoyens, il ne s’agit pas de prendre les armes ni de former des bataillons. Nous ne devons pas oublier que la question des poubelles et du traitement des déchets touche directement l’écologie, l’environnement, la planète. Nous ne devons pas oublier non plus que les élus en charge de ces questions ne bougent pas, ne prennent pas de décisions et récitent simplement une liste de projets lorsqu’on les interroge. Et nous devons finalement comprendre qu’il n’est pas indispensable d’attendre la décision d’un élu quel qu’il soit pour avoir du bon sens, particulièrement en terme d’éco-responsabilité. Vous n’avez aucune légitimité, aucune crédibilité lorsque vous chargez les élus du Grand Périgueux sur la question des poubelles si vous faites partie des cons. Mais d’ailleurs, entend-on les cons se plaindre ? Pas sûr. Il est malin, le con.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.