Archives du mot-clé projet personnalisé d’accès à l’emploi

46ème jour : en quête

Habituellement, je ne réponds pas aux enquêtes. Surtout quand je suis démarché par mail.  S’il s’agit du fameux « appel masqué » faisant vibrer mon téléphone et que ma curiosité a eu raison de mon côté rebelle, je prétends que je n’ai pas le temps. Mais aujourd’hui c’était particulier et puis il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas l’exception qui confirme la règle. L’enquête qui m’était soumise, orchestrée par le très sérieux Ipsos, était commanditée par Pôle. Sans doute voulait-il savoir ce que je pensais de lui depuis nos retrouvailles.

Pôle voulait tout d’abord savoir si j’avais rencontré un de ses conseillers dans les deux mois suivant mon inscription. C’était le cas, j’en ai profité pour lui signifier que j’avais procédé à mon inscription depuis son site internet et que j’étais assez satisfait par ce service. Une entrée en matière cordiale et attentionnée, une magie digne d’un premier rencard. Puis Pôle a voulu jouer les intrusifs en me demandant comment s’est passé mon entretien. Je m’étais promis de faire tous les efforts possibles pour que notre relation soit saine, j’ai donc répondu à ses questions de la manière la plus sincère qui soit. Alors oui, j’ai été peu satisfait par l’entrevue avec la conseillère, peu satisfait par son niveau d’écoute, pas du tout satisfait par les informations délivrées au sujet des droits et allocations mais assez satisfait par le délai entre ce rendez-vous et la confirmation par courrier de mon indemnisation. Malheureusement, ça n’est pas tout. Si j’en crois le questionnaire, nous aurions du faire un point sur mon expérience professionnelle, sur mon projet ou encore sur mes besoins en formation. Puis Pôle a voulu me pousser à bout. Il m’a demandé si les informations fournies par la conseillère avaient été utiles pour me situer sur le marché de l’emploi. Souvenez-vous du 15ème jour où j’ai appelé la CCI parce que mon interlocutrice du jour me l’avait conseillé… Cela m’avait en effet servi à me situer, très exactement à l’opposé de ses préconisations.

Dans la dernière partie de l’enquête, Pôle est resté taquin. Il cherchait à savoir si j’avais été informé de la mise en place prochaine du suivi d’un conseiller référent. D’une certaine façon, oui j’ai été informé. L’interrogation repose sur le fuseau horaire que l’on utilise lorsqu’on évoque une « mise en place prochaine ». Il y a bien cette conseillère anonyme censée me rappeler courant janvier. En théorie, elle est dans les temps. J’ai terminé en  précisant que j’étais peu satisfait par la durée de l’entretien que j’avais trouvé trop courte. Et comme Pôle semblait chercher un motif pour une scène de ménage, je suis bêtement tombé dans son jeu et j’ai précisé que les informations contenues dans le document de synthèse intitulé Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi n’étaient plutôt pas fidèles aux échanges passés. Pour rappel, la conseillère avait conclu en stipulant que je cherchais un emploi dans une pâtisserie en CDI à temps complet. Ah si seulement on avait parlé de mon projet…

Pôle conclut en me demandant si je suis toujours inscrit. Le veut-il ? Ai-je un autre choix ? Pour éviter d’envenimer la situation, j’ai simplement répondu oui.

Je ne suis pas certain d’avoir changé d’avis sur les enquêtes. Surtout celles où je suis démarché par mail.