Archives du mot-clé reconversion professionnelle

164ème jour : tout sur presque tout

Allez je vous dis tout. Ou presque.

Imaginez-moi. Mais si, allez, imaginez-moi, vous verrez c’est vraiment très agréable. Je sais de quoi je parle, je me regarde tous les jours. Imaginez-moi au volant d’un camion, sur les routes de Dordogne et de Navarre. Imaginez-moi maintenant à l’arrière du même camion, entièrement équipé pour être à la fois un laboratoire de pâtisserie et une charmante petite boutique. Imaginez-vous maintenant. Imaginez-vous en train de me rejoindre à mon arrêt habituel près de chez vous, vous aviez passé une commande ou bien vous êtes curieux de voir ce que je propose aujourd’hui. La carte des gourmandises change chaque semaine, vous n’avez pas oublié ce détail. Arrivé à bon port, vous apercevez le camion, la boutique est ouverte, mon tablier est impeccable et vous sentez déjà d’où vous êtes cette odeur de cacao, de vanille, on dirait même qu’il y a de la fraise quelque part, peut-être même du citron, du caramel, et vous percevez comme un goût de fleur de sel sur vos lèvres. C’est sûr, il y a des biscuits pour vous dans la vitrine du jour. Après vous avoir remis votre commande, je vous offre la gourmandise du moment parce que je n’ai pas oublié, moi non plus, que vous êtes un fidèle. C’est une attention qui tombe d’ailleurs très bien puisqu’il s’agit du biscuit que vous aviez préféré lorsque vous vous étiez inscrit au panel de gourmands qui avait eu la lourde tâche de goûter avant tout le monde. Je n’oublie pas non plus de vous dire qu’en plus de la biscuiterie, je vais bientôt vous proposer des entremets en tout genre pour vos grandes occasions mais aussi des viennoiseries pour votre petit déjeuner. Vous savez que mon aventure se doit de suivre les étapes dans l’ordre, vous saurez donc attendre mais vous vous languissez. A peine rentré chez vous, vous filez sur votre ordinateur pour consulter le site internet qui va avec ce camion que vous aimez tant, en croquant dans un sablé. Juste avant le repas, bravo, vous allez vous couper l’appétit.

Alors, vous imaginez ? Vous venez de mettre un pied dans ce fameux projet de création d’entreprise que j’ai déjà brièvement évoqué. Enfin « fameux », c’est moi qui le dit. Mais c’est mon blog s’il est encore utile de vous le rappeler. Un camion, des biscuits, plein, de toutes les couleurs et à tous les goûts, un coup ici, un coup là, aujourd’hui chez moi, demain chez toi et jamais loin de chez vous. Vous savez donc que vous n’aurez pas à chercher ma boutique, c’est elle qui vous trouvera.

Voilà, je vous ai tout dit. Ou presque. Mais comme vous n’avez pas oublié que j’avais besoin de vous, vous vous demandez alors où vous êtes censés intervenir. Vous le saurez très bientôt, en même temps que vous en apprendrez plus sur ce camion.

Une dernière chose. Mais c’est bien parce que c’est vous. Tout cette aventure porte un nom. Je l’ai appelé #Gourmandièse, un ton de gourmandise.

162ème jour : esprit Coubertin

Oui je sais. Je vous ai manqué. N’ayez crainte c’est à la fois normal et tout à fait compréhensible.

N’allez pas raconter à Pôle que j’étais en vacances, vous risqueriez de le déranger durant les siennes. Enfin quand je dis « les siennes », je veux parler de ce laps de temps qui me sépare du début du mois de juin, période pendant laquelle je devrais enfin en savoir plus quant à mon inscription en CAP Pâtissier. En attendant, je réfléchis. Beaucoup. Si cela vous étonne c’est sans doute parce que vous ne pratiquez pas assez. C’est un autre sujet. De mon côté je réfléchis à ma future création d’entreprise, un sujet à la fois délicat et passionnant qui donne la sensation de commencer l’histoire par la fin. Si j’ai décidé d’opter pour la création d’entreprise plus tôt que prévu c’est à la fois pour rester maître de ce qui va m’arriver, le tenter tout au moins, mais aussi pour envisager un plan B prêt à l’emploi dans le cas d’une impossibilité cocasse de m’inscrire en CAP. La surprise a cette faculté innée d’être… surprenante. Je m’en méfie donc.

Pour participer à ma réflexion, j’ai sollicité deux amis que je considère comme des sources sûres en matière de marketing et de communication. Petit à petit, nous parlons stratégie, ne prenez pas peur ce n’est pas un gros mot. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici, je vais opter pour le côté participatif de la force, encore faut-il donner envie et convaincre de participer.

Après 162 jours passés ensemble, vous monteriez à bord avec moi ? Si c’est le cas, je vous donne déjà cet avant-goût : « un ton de gourmandise ».

156ème jour : au rapport

Vous ne devinerez jamais qui m’a appelé ce matin. Cela dit, si vraiment vous ne devinez jamais c’est que vous n’avez pas compris grand chose aux 155 jours qui précèdent celui-ci.

C’est Pôle par le biais d’un appel masqué qui est venu interrompre la veille de mon téléphone. Pas lui directement évidemment mais l’une de ses conseillères. Et pas n’importe laquelle ! La seule, la vraie, celle que j’ai vu ou plutôt revu il y a deux jours, celle qui un jour droit dans les yeux m’a déclaré « j’ai lu votre blog ». Lors de notre dernière entrevue, elle m’informait qu’elle suivait désormais mon dossier dans le cadre de l’ouverture des inscriptions au CAP Pâtissier. Ce matin elle m’appelait pour me le prouver par les actes. Après s’être présentée tout en rappelant ce qu’elle s’apprêtait à faire pour moi, elle déclare :

« Hou la la, vous n’imaginez pas le nombre de coups de fils que j’ai passé pour vous ce matin ».

Merci. J’apprécie l’attention.

Elle a donc appelé différents organismes après s’être aperçue que les inscriptions au CAP Pâtissier n’étaient toujours pas ouvertes. Après avoir été mise en contact avec des personnes déférentes en la matière, elle apprend que l’appel d’offre concernant le CAP Pâtissier est toujours à l’étude. Par conséquent, il faudrait attendre la première semaine de juin pour qu’il y ait du nouveau, soit un délai supplémentaire par rapport au précédent délai supplémentaire. Bon. D’après les informations obtenues par la conseillère, cet appel d’offre est toujours en cours mais « il n’y a pas de raison que tout ne se passe pas comme d’habitude ». Comprenez par là qu’il y aura des places à prendre comme c’est le cas chaque année. Ce qui m’inquiète, c’est justement qu’il n’y ait pas de raison que tout ne se passe pas comme d’habitude… C’est exactement ce que disent ceux qui n’en savent rien et qui pensent que tous les chemins de l’optimisme mènent au pays des merveilles. Finalement, la matinée n’aura pas été une terre fertile pour les certitudes,  j’en ressors malgré tout sûr d’une chose : il me faudra encore attendre un peu plus pour m’inscrire en CAP Pâtissier.

Quoi qu’il en soit, Pôle me fait appeler par ses conseillers. On prend de mes nouvelles, on suit mon dossier, on me tient au courant. Et c’est la conseillère qui connait mon blog qui s’occupe de tout ça. C’est louche.