Tomber dans le panneau

Ca y est. J’ai mon panneau. J’espère que personne ne tombera dedans.

Ah les coïncidences… Bienvenues ou malvenues, elles sont là. Et c’est cette part de mystère qui fait leur charme. Depuis hier, le fameux panneau illustré présentant les bonnes pratiques d’utilisation a été posé sur le site des poubelles de mon jardin. Ce sont deux agents municipaux qui s’en sont chargés et qui, me semble-t-il, en ont profité pour en déposer sur d’autres sites de la commune. J’ai cru déduire également qu’ils avaient aussi ramassés les déchets qui se trouvaient ça et là et qui n’avaient pas pu être collectés par la benne, à savoir par exemple du vitrage et des câbles électriques. Voilà une mission rondement menée qui répond pour cette fois à la question: qui ramasse si ce n’est pas la benne ? Je dis « pour cette fois » car je ne sais pas s’il fait partie de la mission des agents municipaux de passer régulièrement sur les sites de poubelles enterrées et semi-enterrées pour ramasser la merde jeter par les cons et que la benne n’aura pas pu collecter. Je ne sais pas, je n’ai pas l’information, à juste titre puisque encore une fois il est bon de rappeler qu’aucune règlementation officielle en la matière n’existe, précisant par exemple les droits et les devoirs de chacun, y compris les décideurs, qu’il s’agisse de l’installation ou encore de l’entretien de ce nouveau matériel. Matériel fixe je le rappelle, non mobile, et donc susceptible de fournir un service à un endroit bien identifié mais également de créer des problèmes toujours au même endroit bien identifié. Le seul élément règlementaire que l’on connait est la sanction encourue pour « décharge sauvage », texte déjà existant et recyclé pour l’occasion. Pour le reste, rien. En matière de coïncidence, j’ai noté également aujourd’hui qu’à Champcevinel aucune poubelle n’était en vrac, pas de sacs qui dégueulent, pas de décharge improvisée. Deux options pourraient expliquer ce phénomène: tout d’abord une fréquence de passage de la benne plus élevée. Chez moi les poubelles jaunes ont déjà été vides deux fois pour cette semaine, les noires une fois. Ensuite, les cons ont peut-être pris conscience de leur état et se sont alors décidés à réfléchir et/ou à lire le fameux panneau explicatif illustré, celui qu’il faisait mine de ne pas voir ou de ne pas comprendre. Peut-être qu’il s’agit de tout ça à la fois et simplement de coïncidences.

Je n’ai pas eu de nouvelle de Monsieur Protano. Il n’a pour le moment pas donné suite à mon invitation à prendre le goûter dans mon jardin. Peut-être est-il en vacances, possible. Peut-être que je ne suis pas assez influent pour lui ce qui est sans doute la vérité, probablement. C’est dommage parce que j’avais encore pas mal de questions. Par exemple j’aurais aimé parlé de sécurité sur les sites de poubelles enterrées. Les heureux utilisateurs que nous sommes peuvent faire rapidement deux constats rien qu’en observant des choses simples: d’une part la profondeur d’une poubelle semi-enterrée comme celles de mon jardin et d’autre part la taille de l’ouverture par laquelle on introduit les sacs, pour celles et ceux qui ont compris que c’est bien à l’intérieur que l’on met son sac bien entendu. Inutile de sortir le mètre laser pour comprendre qu’un enfant aura tôt fait de tomber au fond de la poubelle si jamais il lui venait l’idée de s’y pencher pour une raison que seul un enfant envisagerait. Un enfant, ou un mec bourré d’ailleurs. Et qu’on ne vienne pas argumenter en disant qu’il s’agit d’une recherche de petite bête ou que ces situations sont parfaitement improbables car le principe même de la sécurité est d’envisager ce genre de choses. C’est d’ailleurs ce qui a été fait dans les déchèteries du département dans lesquelles après quelques accidents il a été décidé de réhausser les bennes de manière à éviter les chutes de remorques maitrisant mal la marche arrière par exemple. Ces travaux ont coûté un bon paquet pour dans un premier temps aboutir à des équipements non conformes. C’est con, c’est payé. Il a fallu revoir la copie et (re)passer à la caisse. Remplacez les remorques par des enfants et les bennes de la déchèterie par les poubelles de mon jardin et on y est. N’est-ce pas Monsieur Protano. Non c’est vraiment dommage que l’élu en charge des déchets ne vienne pas prendre le goûter chez moi parce que j’aurais voulu prendre des nouvelles des deux rippers, autrefois appelés éboueurs, que l’on ne voit plus dans les bennes maintenant que le chauffeur collecte seul. Où sont-ils passés ? Reclassés ? Il y avait beaucoup d’intérimaires qui eux sont retournés intérimer, mais les autres ? Comme dirait un ami à moi, on entre là dans « les catacombes de la fonction territoriale ». Et tant qu’on y est, la taxe sur le traitement des ordures ménagères, tout le monde en parle mais personne n’a de réponse. Maintenant que les contribuables ont vu des services leurs être supprimés, vont-ils bénéficier d’un recalcul de cette taxe ? A la baisse, il va sans dire. Réponse officieusement officielle, ou l’inverse d’ailleurs: non, les contribuables ne verront pas cette taxe baisser dans les premiers temps car il va falloir amortir le coût des nouvelles bennes et la formation des chauffeurs. Et après ces premiers temps qui, mais on va encore dire que je vois le mal partout, risquent étrangement de durer ? Attention, accrochez-vous, voici la réponse des décideurs: « après, on verra, on ne sait pas encore comment ça va se passer. » En résumé, lorsqu’il s’agit de ne pas songer à une réduction d’impôt il y a un argument clair en face. Lorsque cet argument ne tient plus et qu’il faudrait acter un nouveau calcul de l’impôt, on ne sait plus et on verra bien. Il y a tout de même la dedans une forme de cohérence dans la stratégie de nos chers élus.

En Dordogne on enfouit les ordures, on ne les incinère pas. Par contre, qu’est-ce qu’on nous enfume!

Une réflexion au sujet de « Tomber dans le panneau »

  1. La profondeur et a facilité d’accès des containers des sacs jaunes (recyclage) m’a toujours fait froid dans le dos en pensant à un un gamin (ou ma gamine) qui pourrait naïvement tomber dedans… C’est comme en carrosserie : y’a des ingénieurs qui ont pensé à tout et bien pensé…ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.