Archives du mot-clé candidat libre

189ème jour: libre

Vous l’avez sans doute remarqué, j’étais plus loquace lorsque j’allais voir Pôle chaque semaine. Mais que voulez-vous que je vous dise ? Depuis quelques temps, Pôle a toujours une bonne raison pour m’éviter. A commencer par aujourd’hui, sous couvert de jour férié. Nous sommes suffisamment intimes vous et moi pour que je vous le dise, je crois qu’il me manque. Oui, il me manque. Il me manque toujours mon inscription au CAP Pâtissier! Oui, je sais, le CAP passe par un appel d’offre, le traitement des dossiers est très long justifiant alors les reports successifs du jour J mais voilà, le dernier créneau annoncé était début juin. Et comme je suis très à cheval sur les chiffres, dans quelques jours nous serons mi-juin. Et oui, je chipote. Et je m’énerve. Et quand je m’énerve, je chipote. Pôle ne réalise pas qu’il compte dans ses rangs un élève qui, alors que l’année scolaire en cours n’est pas encore terminée, pense déjà à la prochaine rentrée et à sa liste de fournitures.

J’attends mon inscription et pour autant ces derniers jours je me suis demandé si suivre la formation était une bonne idée. Je m’explique, parce que je sens que je vous perds. Pour obtenir le CAP Pâtissier, j’ai deux voies possibles, suivre la formation en tant qu’écolier-modèle pendant neuf mois ou passer l’examen en candidat libre. Cette dernière option nécessitant que je fasse un maximum de stages, il va sans dire. Cette réflexion est le fruit de nombreux échanges avec des professionnels comme le chef de mon premier stage en pâtisserie ou encore le chef du restaurant dont je vous parlais il y a peu, mais aussi des personnes avec le même projet de reconversion professionnelle que moi. Ces derniers ne dénigraient pas la formation en elle-même bien entendu mais considérait que l’option « candidat libre » devait être sérieusement étudiée lorsqu’on a un projet comme le mien. Question d’optimisation du temps. Après réflexion, après de nouveaux avis, je pense tout de même que je vais rester dans l’optique d’un retour sur les bancs de l’école. Cela dit, je serais curieux de voir la tête de Pôle si je lui annonçais que finalement je souhaitais passer l’examen en candidat libre.

Et puis l’aventure continue pour #Gourmandièse et le financement participatif de mon beau camion. Vous êtes déjà nombreux à être devenus des héros et je n’aurais de cesse de vous en remercier. Le chapitre en collaboration avec le chef du restaurant qui souhaite me soutenir devrait débuter cette semaine, encore une chouette étape. Tout cela me donne envie de Ululer ! Pas vous ?

20ème jour : les traits tirés

Je vous parle d’un temps que les lecteurs de moins de 20 jours ne peuvent pas connaître.

J’ai profité de cette journée pour tirer le dernier trait de la croix qu’il me revenait de tracer dans la case de l’encadré n°6 de ma demande d’allocation. J’ai voulu être minutieux, créatif tout en restant réactif, avec la ferme intention de marquer de mon empreinte les archives de Pôle. Après moultes tentatives, différents essais de tailles et de couleurs, j’ai fini par opter pour une croix à la fois traditionnelle et parfaitement identifiable, le genre qui te fait gagner avec la manière une partie de morpion. Je glisse ce chef d’oeuvre dans ma plus belle enveloppe kraft en m’imaginant l’ignorance du facteur qui n’aura pas idée de ce qu’il est en train de distribuer. Demain, j’affranchis.

Après avoir récupéré de cet excès de concentration, je décidai de valider le planning de la semaine à venir.  J’allais franchir un cap et faire le premier pas vers celle qui vraisemblablement serait MA conseillère chez Pôle. Ses nom, prénom et adresse électronique m’avait été discrètement communiqués par sa copine précédemment rencontrée, j’avais la ferme intention d’en faire bon usage. J’établis donc la liste de toutes les options dont j’ai connaissance pour accéder au CAP Pâtissier, les différents établissements susceptibles de m’accueillir, un topo sur le « candidat libre » sans oublier le canular téléphonique dont j’ai été victime quand il a fallu appeler la CCI sur recommandation de la maison. Je m’imagine déjà dans ce costume d’inspecteur passant ma conseillère au détecteur de mensonges pendant les trente minutes durant lesquelles je la garde à vue. En somme, le même type d’interrogatoire auquel me soumettra Pôle chaque début de mois pour me garder à l’oeil. Dès le premier rendez-vous, je choisis le rentre-dedans au risque de paraître trop entreprenant. Les séances quotidiennes de speed-dating de mon hôtesse doivent lui sembler routinières d’autant qu’elle ne choisit pas ses prétendants, il faut que je me démarque.

Ce soir, j’aimerais croire au Père Noël.

Nota bene : profitez de votre dimanche soir pour faire un tour dans la rubrique « Rétro » dans laquelle vous retrouverez l’épopée de ces 20 derniers jours.