Archives du mot-clé radiation

134ème jour : cordialement

On peut en dire ce qu’on veut, moi y compris, mais quand Pôle promet d’envoyer un courrier, il l’envoie. Parfois il prend son temps, à tel point que l’on pourrait croire qu’il s’est délocalisé sur un autre fuseau horaire, mais il l’envoie. Aujourd’hui, j’ai bel et bien reçu mon premier avertissement avant radiation. Par mail, mais je l’ai eu.

Si vous tombez au milieu de ces lignes par hasard ou pour la première fois, vous ne savez pas encore que je viens de terminer un stage homologué par Pôle, stage pendant lequel le même Pôle a trouvé le moyen de me caler un rendez-vous avec l’un de ses conseillers. Lorsque j’en ai eu connaissance, c’est à dire la veille, j’ai aimablement décliné l’invitation considérant fort logiquement que ce stage, mon premier en pâtisserie, que je me suis débrouillé à trouver était la priorité. J’avoue bien volontiers qu’entre un stage qui va m’apprendre le métier au coeur de ma reconversion professionnelle et un rendez-vous avec un conseiller à qui je vais démontrer volontairement ou non qu’il m’est inutile, je n’ai pas hésité longtemps. Seulement voilà, même si j’ai prévenu de mon absence, même si l’hôtesse au bout du fil a précisé dans mon dossier que j’étais en stage, j’ai tout de même reçu ce fameux avertissement. Et comme vous savez déjà tout de moi, j’ai décidé de vous montrer à quoi ressemble ce fameux courrier.

Tout au long de cette farce dactylographiée, il n’est à aucun moment question de ma conseillère personnelle. Son nom ne figure nulle part. Peut-être que ce n’est pas avec elle qu’était prévu ce rendez-vous ce qui rendrait la chose encore plus drôle dans la mesure où visiblement il s’agissait de faire un point sur ma situation. Un nom apparait pourtant, celui du directeur de l’agence de Pôle. Il est « mon contact ». Il précise que « sauf erreur de sa part » je ne l’ai pas informé de mon indisponibilité. C’est donc lui, le directeur, qui s’occupe de ce genre de choses, ces petits tracas du quotidien qui font la vie d’un chômeur. C’est lui qu’il faut appeler, sur sa ligne directe sans doute, pour prévenir d’un retard, d’une absence, d’une panne de voiture, d’un rhume ou même d’un stage pour les plus marginaux d’entre nous. C’est beau cette proximité avec la clientèle. Monsieur le Directeur de Pôle, oui il y a effectivement erreur de votre part ainsi que de l’ensemble de vos services. Lorsque vous me précisez que « cet entretien avec mon conseiller constitue l’une des étapes essentielles et obligatoires de mon parcours », j’ai tout d’abord envie de rire, puis j’espère secrètement arriver jusqu’à l’étouffement pour conclure en vous demandant simplement ce que vous savez réellement de mon « parcours ». Je note également que vous évoquez mon conseiller qui est d’ailleurs une conseillère mais je trouve assez déplacé et peu corporate de votre part de ne pas évoquer les quatre autres que j’ai également rencontré. Mais peut-être n’étiez-vous pas au courant de cette tournante administrative. Monsieur le Directeur de Pôle, sachez que j’apprécie votre grande bonté, celle-là même que je ressens dans ces dix jours de délai que vous m’accordez pour venir vers vous en rampant avec une bonne excuse. En juste reconnaissance face à ce geste de votre part, je vous serais gré de bien vouloir utiliser mes excuses comme un petit coussin confortable sur lequel vous pourrez vous asseoir autant qu’il vous plaira. Monsieur le Directeur de Pôle, j’ai longtemps travaillé dans la communication comme vous l’ignorez, et je ne saurais que vous conseiller de ne pas laisser votre nom sur ce genre de courrier lorsque vous n’avez pas connaissance de la situation. Je trouve très malin ces passages que vous notez en gras, « en l’absence de réponse ou de motif légitime », « interruption de votre indemnisation ». Cela partait j’en suis sûr d’une bonne intention, celle de me mettre au pas, mais à trop vouloir se prendre au sérieux on risque le grotesque. Je vous laisse apprécier par vous-même où en est cet état de fait. Vous voici complice de l’incompétence caractérisée des services dont vous êtes le directeur, Monsieur le Directeur. Je ne doute pas que le personnel qui vous entoure soit composé de personnes fort agréables au quotidien mais combien d’entre elles savent pourquoi elles sont là ? Et parmi celles-ci, combien ont les moyens de bien faire leur travail ? En somme, Monsieur tout court, je vous propose de vous intéresser à ce qui s’est passé depuis 134 jours. Croyez-moi, malgré les apparences, cette histoire qui semble m’être propre est en réalité celle de nombreux de vos abonnés.

Dans « directeur » j’entends « direction ». Alors Monsieur, laquelle prend-on maintenant ? Celle du vent brassé dans vos bureaux ?

1er avertissement avant radiation - #MoiYG
1er avertissement avant radiation – #MoiYG

124ème jour : au tableau

5ème jour du 1er stage dans une pâtisserie en grande distribution

Le meilleur moment de mon premier stage en pâtisserie était sans aucun doute l’après-midi d’aujourd’hui. Le meilleur moment, jusqu’au prochain. J’ai travaillé, disons plus exactement « j’ai appris », aux côtés d’un pâtissier que j’avais rencontré hier pour la première fois. C’est bien simple, il m’a donné un véritable cours de pâtisserie mêlant théorie et pratique autour du tiramisu. Il s’agissait de la première fois de la semaine que j’entrais dans le détail de certains tours de main comme la poche à douille ou la spatule, qu’elle soit plate ou coudée. Clou du spectacle, le chef est entré dans le laboratoire durant ce que je considère désormais comme ma première leçon et a pu y aller de ses conseils à mon égard. C’est en les voyant tous les deux exécuter parfaitement les gestes, chacun avec son petit plus d’ailleurs, que j’ai pu jauger le chemin qu’il me reste à parcourir pour atteindre ce niveau d’aisance. Il n’en fallait ni plus ni moins pour hausser encore ma motivation d’un ton. Le chef en a profité pour me dire que la semaine prochaine serait en ce qui me concerne essentiellement dédiée à ce type de travaux pratiques.

Pour conclure cette première semaine, j’ai eu un document à signer. Devinez qui voulait tout savoir. Oui, c’est bien lui. Pôle. Pôle qui avait omis de m’évoquer l’existence d’un dispositif me permettant de réaliser des stages, Pôle qui tient à ne rien faire lorsqu’il s’agit de trouver une entreprise, Pôle qui joue l’intimidation en invoquant l’esprit malin de la radiation pour celui qui sèchera les jours de stage, Pôle qui ne fait rien, non rien de rien, Pôle qui ne regrette rien. Pôle qui ne regrette rien et qui n’a pas mal à l’arrière-train en jouant la carte de la filature. En y réfléchissant, c’est plutôt malin. Sait-on jamais, à force de chercher il pourrait finir par trouver, enfin par inventer, une raison dont il validerait lui-même le caractère recevable et m’inscrire sur son fameux tableau de chasse des radiés. Qui dit radiation dit disparition des statistiques du chômage. Habile…

Croyez-vous qu’on puisse humainement avoir la tête sur les épaules et l’esprit mal placé ?

114ème jour : NPAI

Ce matin, Pôle m’a écrit. Il voulait me confirmer « mon inscription à la prestation de service suivante : Evaluation en milieu de travail (EMT) ». Quelle délicate attention. J’avais déjà reçu cette confirmation ainsi qu’une copie de la convention précisant mes horaires, le tout envoyé directement par l’employeur, mais je ne vais pas me plaindre alors que Pôle pense à moi. Soyons beau joueur.

Ce courrier à l’allure standard cachait une véritable pépite au coeur de son dernier paragraphe. Certes, dès la deuxième phrase Pôle me précise que j’ai rendez-vous sur le lieu de travail le 31 mars prochain à 6h alors que c’est en réalité le 1er avril à cette heure-ci que je débuterai, mais passons. Pôle tentait peut-être là une sorte de poisson d’avril prémédité ou alors n’a-t-il pas pris soin de lire les horaires communiqués par l’entreprise. J’ai dit passons. Car la pépite, la vraie, est quelques lignes plus bas. Face à elle, rivaliser est peine perdue, je privilégie donc la citation :

« Au cas où vous ne donneriez pas suite à ce courrier, je serais contraint(e), conformément aux articles L.5412-1 et R.5412-1 à R.5412-8 du code du travail, de procéder à votre radiation de la liste des demandeurs d’emploi. »

Une pépite, c’est bien ce que je disais. Pour la déguster de la meilleure manière je vous propose de l’accompagner d’un petit rafraichissement de mémoire. A aucun moment Pôle, de lui-même, ne m’a parlé de l’existence de son dispositif de stage en entreprise (EMT) qui semblait pourtant être parfaitement approprié à mon parcours de reconversion professionnelle. Ce sont mes recherches personnelles, après avoir rencontré deux conseillers d’ailleurs, qui m’ont révélé cette information. Après cela, je suis retourné chez Pôle pour me faire expliquer ce dispositif dont on avait omis de me parler puis je suis allé à la recherche d’une entreprise prête à m’accueillir. Une fois trouvée, je suis revenu chez Pôle pour remplir la convention de stage qui fut ensuite envoyée à l’employeur. Bref, en langage de chômeur, je me suis démerdé tout seul. Pôle n’a joué qu’un rôle de boite aux lettres, ni plus ni moins, avec tout le respect que j’ai pour la Poste. Et pourtant, aujourd’hui, le voici qui débarque chez moi en format A4 pour me menacer de radiation si je n’honore pas ce qu’il s’est efforcé à me laisser faire tout seul. Encore une fois, du génie.

Pôle, tu ne m’as été d’aucune aide dans ma recherche de stage. Ni de manière théorique, ni de manière pratique. Je te propose donc, quitte à monter sur tes grands chevaux, de t’en servir pour te mettre au galop et d’avancer autrement qu’en marchant sur la tête. Avec une connaissance même infime de mon projet tu saurais combien ces stages en entreprise sont importants pour la suite de mon parcours, tu pourrais alors réfléchir à deux fois avant de laisser ton système informatique m’envoyer ce genre de missive. Difficile qui plus est de savoir que faire de ce papier présentant un champ « date » et un champ « signature » qui semblent m’être dédiés en bas de page. Dater et signer pourquoi, je tente de percer ce mystère.

C’est ainsi que j’ai décidé de donner suite à ce courrier en appliquant à la lettre les règles de recyclage de ma commune. Poubelle jaune.